Quelques mots sur nous...

Comment devient-on membre d'un nouveau groupe culturel ou social? Comment acquiert-on l'information culturelle, telle que les normes ou schémas, caractérisant ce groupe? Comment négocie-t-on un équilibre entre ces influences sociales et sa propre agentivité? Quelles sont les implications de tels changements et processus pour le bien-être? Le laboratoire CIEL tente de répondre à ces questions.

Notre but à long terme est de mieux comprendre et de faciliter les processus sociaux en jeu lorsqu'une personne joint un nouvel environnement culturel ou social. Bien que ces processus opèrent dans une variété de contextes, nous nous concentrons principalement sur le cas des migrants - un enjeu social d'envergure pour bien des pays.

Il est possible d'envisager ce sujet de recherche sous bien des angles, mais nos projets tournent surtout autour du rôle de différents types de participation sociale (relations interpersonnelles, interactions quotidiennes, réseaux sociaux) et de positionnement du soi (identités multiculturelles, orientations culturelles) dans l'adaptation culturelle des migrants.

Au laboratoire CIEL, nous accueillons et valorisons la diversité d'origines et d'orientations (culturelles, ethniques, linguistiques, sexuelles, religieuses, politiques, etc.). Nous nous engageons à cultiver un environnement de recherche inclusif et stimulant, où chacun-ne peut réaliser son plein potentiel. À cette fin, nous favorisons la bienveillance, l'ouverture d'esprit et les conversations animées.

Nous soulignons également que l'Université du Québec à Montréal est située sur des terres autochtones non cédées. Tiohtià:ke/Montréal est depuis longtemps un lieu de rencontre et d'échange entre diverses Premières nations, dont les Haudenosaunee, les Hurons-Wendat, les Mohawks et les Iroquoiens du Saint-Laurent. Nous tentons d'honorer et de poursuivre cette tradition d'échange en contribuant à la diversité de la communauté montréalaise.